Il est le troisième animal domestique le plus apprécié en France, son corps est comique de par sa forme, mais surtout il est énergique, aventurier et mignon, son nom ?
Le Furet !
Bref, qui n’a jamais regardé dans un magasin d’animalerie cette boule de poil, ou vu au bout d’une laisse tenue fièrement par son maitre.
Mais d’où vient cet animal qui envahit de plus en plus de foyers ?
Comment est-il fait ?
Et surtout qui est-il ?

Son origine

Le furet est connu sous le nom scientifique de Mustela putorius furo, il est ainsi un mammifère appartenant à la famille des Mustélidés.
De plus en latin, putorius signifie « puant » et furo « voleur ».
Ceci va bien au furet, car l’adjectif « puant » reflète l’odeur musquée que les furets exhalent par leur peau, et le terme « voleur » démontre leur capacité à cacher leur proie au fond de leur terrier, acte toujours gardé par nos furets, qui cache nourriture et jouet sous nos lits et dans leur cage.

Il faut savoir que les Mustélidés sont la famille de carnivores qui comprend le plus grand nombre d'espèces, sois 65, regroupées en 25 genres.
On les trouve ainsi dans tous les continents, à l’exception de l’Australie et de l’Antarctique.
L’apparition de cette famille sur terre remonte au début de l’oligocène, il y a 38 millions d’années.
Tous les Mustélidés possèdent comme le furet des glandes situées de chaque côté de l’anus, les sacs anaux, qui représentent chez certaines espèces des armes de défense très efficaces.

Pour le furet domestique, on estime qu’il dérive de la domestication du putois européen.
Ainsi le terme furo désigne une sous-espèce du putois, auquel le furet ressemble beaucoup et avec lequel il peut engendrer des petits.
Mais les furets actuels dérivent probablement de la domestication entamée il y a 2000 ans en Europe par les Grecs et les Romains, qui les utilisaient pour chasser, en utilisant leur capacité à se glisser dans les terriers et les galeries creusés par le gibier (comme le lapin).

Certaines personnes disent avoir vu des furets vivants dans la nature, mais ces « furets sauvages » sont d'autres mustélidés ou des hybrides récents avec le putois d'Europe, ainsi leur type sanguin est plus putois que furet.
De plus, ils sont nés dans la nature et ont appris à chasser par leur mère.
C’est ce qui c’est passé en Nouvelle-Zélande, ainsi, en 1882-83 l'Agent général à Londres équipa trente-deux navires de furets depuis Londres, soit un total de 1217 animaux, seulement 678 débarquèrent, et 198 furent débarqués de Melbourne.
En 1884, près de 4000 furets furent lâchés, l'essentiel des furets était originaire des iles Britanniques et du Continent.
Néanmoins, un si grand nombre de furets n'étaient pas disponibles pour l'exportation en Grande-Bretagne et le Continent, à cette époque il était douteux que les furets aient pu survivre à l'état sauvage.
On savait déjà que le furet domestique n’avait pas la vigueur pour vivre une existence sauvage.
Mais, avant que le furet soit importé et le temps que le furet soit transporté par bateau d'Angleterre en Nouvelle-Zélande, il s'était produit des accouplements avec le putois européen.
Quand le bateau arriva en Nouvelle-Zélande, ils laissèrent les furets croisés se débrouiller, ayant peu d'ennemis et beaucoup de lapins comme nourriture.
Ces « furets-putois » qui peuvent, survivre dans la nature sont toujours appelés « furet » par les gens en Nouvelle-Zélande.

Alors Sauvage ou Domestique ?

La loi considère le furet comme un animal domestique à tous les égards.
Ainsi, son achat ou sa détention ne nécessite aucun document ou autorisation spécifique.
De plus après des siècles de sélection opérée par l’homme, le furet est devenu un animal domestique et docile.
Certes, dans certaines régions il est redevenu sauvage, mais un furet enfui ou abandonné a dans la plupart des cas peu de chances de survivre plus de quelques jours, tellement il est dépendant de l’homme.
Il suffit de voir les États-Unis qui détiennent par millions des furets domestiques, à ce jour, on n’enregistre aucun retour à l’état sauvage d’une quelconque population.
Bref, toute personne qui abandonne son furet en croyant le mettre dans son milieu fait un acte mortel vis-à-vis de l'animal, qui mourra de faim ou encore de blessures engendrées par un autre animal.

Morphologie du Furet

Le furet possède un corps allongé, des membres trapus et une colonne vertébrale tellement souple qu’il peut se retourner à 180° dans un espace très exigu, l’on a l’habitude de comparer le corps du furet à celui d’une banane.
Ainsi, cette structure lui permet de s’introduire dans des terriers, mais aussi de glisser dans des tuyaux, sans avoir le moindre problème pour faire demi-tour, ce qui lui donne l’avantage pour s’échapper ou se cacher en cas de pétrin.
La tête triangulaire, est plus large chez le mâle et, plus pointue chez la femelle, elle détient deux petits yeux ronds dont la couleur varie du noir au marron, en passant par le rouge pour les albinos.
Les oreilles sont de taille réduite, elles produisent une quantité notable de cérumen brunâtre, qu’il ne faut pas confondre avec une infection parasitaire (mites d’oreilles).
Le museau est à l’extrémité d’une couleur rose à noir, il porte de chaque côté de grandes moustaches.
Le long du cou revêt presque le même diamètre que la tête.
Les pattes avant et arrière se terminent par cinq doigts dotés de griffes non rétractiles, qui demandent donc à être toujours coupées, vu leur croissance continuelle.
Sous les pattes, on distingue des coussinets dépourvus de poil.
La queue est assez longue, il faut savoir qu’un furet qui se trouve dans un environnement nouveau ou voit une chose insolite hérisse les poils de sa queue.
Cette dernière reprend son aspect normal, dès que le furet se calme.
Le furet à une faible acuité visuelle, il se sert donc essentiellement de son odorat pour chasser.
La femelle détient généralement 8 mamelles, mais ce nombre peut varier d’un furet à l’autre.
La mâchoire du jeune furet est faite de 30 dents de lait, qui commencent à pousser vers le 20e ou 25e jour de vie.
Les 34 dents permanentes apparaissent entre le 50 et 7 jours.
En tant que carnivore, les furets ont une denture adulte typique des prédateurs, soit : 12 petites incisives, 4 canines, 12 prémolaires et 6 molaires.

Pelage et mue

La fourrure du furet se compose de deux sortes de poil :
- Le poil de garde est long et dur, il est généralement d’une couleur plus foncée que le sous-poil.
- Le sous-poil fin, soyeux et court.
La tête, la queue et l’extrémité des pattes sont dépourvues de sous-poil, ils détiennent aussi un poil de garde plus court que sur le reste du corps.
Le putois européen, dont le furet descend, possède un poil de garde noir et un sous-poil crème, avec les pieds et la queue noire, la face et les oreilles sont de teinte claire et, un masque noir autour des yeux.
Cette description correspond chez le furet au pelage « zibeline », la coloration dite « sauvage ».
Pourtant il existe deux autres variétés naturelles :
- La variété albinos, qui se caractérise par une absence complète de pigmentation de la peau, des yeux et des poils, si bien que le poil de garde et le sous-poil sont blanc ou crème et que les yeux sont rouges.
- La variété cannelle, qui se distingue par un poil de garde brun roux et un sous-poil crème.

Les furets muent au printemps (Mars) et à l’automne (octobre).
Ce phénomène naturel entraine de profondes modifications dans les caractéristiques de la fourrure : le poil est long et fourni en hiver, mais il devient moins dense, et même plus court en été.
La couleur change elle aussi, elle est plus claire en hiver, et plus foncée en été.
Le pelage a aussi tendance à s’éclaircir avec l’âge.
La grandeur du masque peut aussi varier avec les saisons, de sorte que le furet peut varier d’apparence au fil des années.
Par contre chez les furets stérilisés, ces changements s’avèrent beaucoup moins évidents, même s’il arrive qu’une mue survenant après l’opération de stérilisation altère la qualité du poil, et surtout celui du masque.
La mue se manifeste soit de façon progressive, soit de manière brusque, en laissant le furet avec des portions de peau dénudée.
Le maitre s’en inquiète souvent, car il croit y voir une maladie, du moins jusqu’à ce que le poil repousse.
Dans le cas d'une mue, il faut peigner le furet avec un peigne fin, certaines personnes enlèvent simplement le poil mort à la main avec douceur.

Peau

Les furets ont une peau très épaisse, surtout au niveau du dos, ce qui permet aux furetons de se mordre en jouant sans se faire mal.
Mais, hélas, nos doigts ne sortent pas indemnes de la pression exercée par leurs mâchoires, ce qui fait que beaucoup de maitres dressent leur furet à ne pas mordre.
La peau du furet présente deux caractéristiques spécifiques :
- Elle s’avère dépourvue de glandes sudoripares, ce qui empêche ces animaux de réguler leur température corporelle en transpirant et fait qu’il supporte mal la chaleur.
Ainsi dans un environnement chaud, ils peuvent être victimes d’un « coup de chaleur », parfois mortel.
– Elle possède de nombreuses glandes sébacées produisant une substance huileuse qui rend la peau du furet grasse et les poils jaunâtres.
Les glandes sébacées sont responsables de la forte odeur du furet non stérilisé qui sent surtout lors de la période de reproduction.
Par contre en cas de stérilisation leur fonctionnement activé par les hormones sexuelles se réduit nettement.

Dimorphisme sexuel

La détermination du sexe, chez le furet, s’effectue très facilement, même dans le cas d’un sujet jeune ou stérilisé.
Le mâle a un prépuce situé juste en dessous de l’ombilic, le pénis est peu visible, mais présente sur presque toute sa longueur un os appelé : os pénien.
Il est aisément palpable le long de l’abdomen.
Cet os possède une étrange particularité, qui apparait à la radiographie : il revêt une forme de « J ».
Chez les mâles matures et non Castres, on distingue nettement les testicules.
Une femelle se reconnait à sa vulve, la petite fente qui se trouve à proximité de l’anus.
Vulve qui gonfle lors de la période de reproduction.
Le mâle s’avère aussi beaucoup plus gros que la femelle, il peut atteindre 2 kg, alors que sa congénère pèse en 0,4 et 1 kg.
Le furet acquiert son poids d’adulte vers l’âge d’environ 6 mois, mais celui-ci varie sensible en fonction des saisons, pour augmenter en hiver de 40 à 50 %.
Mais cette fluctuation de poids s’avère moins évidente chez les sujets stérilisés, qui ont tendance à conserver leur poids d’été jusqu’à l’hiver.
La longueur du furet, queue comprise, peut varier de 40 à 60 cm, de plus la tête du furet mâle est souvent plus grosse que celle de la femelle.

L’anatomie

Les organes internes du furet ne diffèrent pas beaucoup de ceux d’un mammifère, tel le chien, hormis le fait que la structure allongée de l’animal se reflète dans sa conformation interne.
On compte 14 à 15 paires de côtes, les 10 premières sont rattachées au sternum, et les 4 ou 5 dernières sont flottantes.
Séparé de la cavité abdominale par le diaphragme, le thorax renferme les poumons et le cœur.
Le poumon gauche se compose de 2 lobes, et celui de droite de 4.
Le cœur se situe au centre du thorax.
Le foie se trouve dans l’abdomen, derrière le diaphragme et devant l’estomac.

L’estomac est capable de se dilater pour recevoir de grandes quantités de nourritures.
Le furet possède aussi un intestin typique de carnivore, donc relativement court pour sa taille, soit environ 2 m.
En effet, une alimentation à base de viande requiert un processus digestif plutôt simple et rapide comparé à un régime végétarien, qui demande une digestion lente et complexe.
Ainsi, l’alimentation consommée par le furet met à peine 3 ou 4 heures pour parcourir tout l’appareil digestif.
Le pancréas qui est annexé au tube digestif est une glande qui produit les enzymes digestifs et l’insuline.
Près de l’estomac se trouve la rate, de dimension très variable par rapport au furet.
La cavité abdominale contient les reins, où celui de gauche est placé en léger retrait par rapport à celui de droite et la vessie qui est de taille réduite.
Le mâle possède à la base de la vessie, une minuscule prostate.
Devant chaque rein, on relève la présence de la glande surrénale.
L’utérus chez les femelles comprend deux parties, appelées trompes utérines, très allongées et reliées aux ovaires, qui sont situées derrière les reins.
À l’arrière, les trompes s’unissent pour former le bref corps de l’utérus qui se poursuit dans le vagin.
Il faut savoir que la fréquence cardiaque du furet est beaucoup plus élevée que chez l'humain et tourne autour des 200 а 400 battements par minute.
De plus, sa fréquence respiratoire tourne autour des 33 а 36 inspirations/min.

Sacs anaux

Les furets, aussi bien que mâles et femelles, détiennent deux glandes développées situées de chaque côté de l’anus, et sécrétant un liquide à l’odeur puissante, ils sont appelés : Sacs anaux.
Lorsqu’ils ont peur ou qu’ils se sentent en danger, les furets vident le contenu de ces poches afin de désorienter leur agresseur par ce parfum acre et fort désagréable.
Les furets n’utilisent pas leurs sacs anaux sans raison et, aujourd’hui, on juge inutile de procéder à leur ablation, dans la mesure où ceci ne modifiera pas l’odeur du furet et que ceci peut être dangereux pour la santé future de l’animal.
Il est connu qu’un vétérinaire qui propose une telle opération pour enlever l’odeur est un vétérinaire des plus dangereux pour votre furet, il faut donc en changer.
Seule la stérilisation chirurgicale peut constituer un moyen pour atténuer l’odeur, mais il reste qu’un furet sentira toujours.
Par contre, l’ablation chirurgicale peut devenir nécessaire si les sacs anaux s’avèrent victimes d’une pathologie quelconque.
Les furets importés de l’étranger ont souvent subi l’opération, mais les furets en animalerie et chez un éleveur ne la subiront pas, pour la santé de l’animal.
Un bon vétérinaire constate sans difficulté la présence ou non des sacs anaux, en palpant les régions situées à côté de l’anus.

Longévité.

Les furets vivent en moyenne entre 8 et 10 ans, certains arrivent parfois à atteindre l’âge de 12 ans.
Il faut savoir que les furets américains ont une durée de vie plus courte, soit de 5 à 8 en moyenne.
Ceci serait dû à la forte consanguinité qui favorise l’apparition de diverses maladies, notamment tumorales, qui sont plus rares chez les furets européens.
On considère un furet comme vieux à partir de ces 5 ans, son état de santé doit alors être surveillé, pour pouvoir vivre une vieillesse paisible, aussi bien pour le maitre que pour le furet.

Caractères et comportement

Les furets sont des animaux domestiques très gracieux et faciles à élever, mais leur succès vient avant tout de leur caractère.
Ils sont intelligents, vifs, joueurs, sociables, drôles, propres et silencieux.
La curiosité constitue surement chez eux leur principal trait de caractère, ainsi ils adorent explorer sans cesse le moindre coin sombre et poussiéreux, ou les moindres objets qui les entoure.
Quand ils se trouvent dans un milieu inconnu, il est impossible de retenir leur attention, tellement ils sont dévorés par l’envie, explorer ce nouveau lieu.

Les furets sont de nature propre et il est très simple de leur apprendre à faire leurs besoins dans une litière, comme les chats.
Il faut aussi savoir que les furets dorment beaucoup, parfois les trois quarts de la journée, mais ceci dépend du furet, et aussi s’il est en cage ou en dehors.
Il alterne ainsi deux ou trois heures d’activités intenses avec des périodes de sommeil profond.
Le furet dort toute la nuit, et il adapte ses heures de sommeil par rapport aux sorties de son maitre pour pouvoir jouer avec lui, quand il reviendra.
Un furet endormi peut-être très difficile à réveiller, même en le soulevant il ne se réveille pas, comme dans un état de « coma ».
Il ne faut pas paniquer d’un tel état, car il est absolument normal, ce coma peut aussi ne pas apparaitre, ceci dépend du furet.

Chaque furet a sa propre personnalité, certains seront plus affectueux que d'autres, plus réserves et indépendants ou encore aventureux.
Les furets créent généralement des liens solides avec les personnes qui prennent soin d’eux, au point d’en être dans certains cas possessifs, mais ceci dépend encore du caractère.
Ils aiment se faire cajoler et répondent généreusement à l’affection qu’ils reçoivent, en expriment souvent leur amour par de tendres coups de langue ou en l’invitant à jouer.
Les furets qui dépassent l’âge de 5 ans sont général encore plus affectueux et câlin.
Les furets peuvent s’attacher à tous les membres de la famille, mais ils montreront quelquefois une préférence pour une unique personne.
Comme les chiens, il s’agit en principe de la personne qui le soigne et qui le nourrit.
Bon nombre de furets se montrent cordiaux et dociles, même vis-à-vis d’un parfait étranger, de plus un furet qui a déjà eu un propriétaire se liera très vite et sans la moindre difficulté avec une autre famille d’accueil.
Mais un furet isoler, négligé ou délaissé souffrira énormément, au même titre que le chien, au point des fois de mourir d’ennui et de tristesse.

Les furets sont en général silencieux et se contentent d’émettre de légers cris lorsqu’ils sont très excités ou qu’ils jouent, on appelle se petit bruit le « pout-pout ».
Des fois, ils sifflent, quand ils font semblant de se battre entre eux ou contre leur maitre.
Ainsi, si vous les entendez crier, il faut aller tout de suite voir, car le furet s’est surement blessé ou il est en danger.

La robe du furet

Chez le furet, il existe une vaste gamme de colorations.
Aux États-Unis, il existe plus de 30 variétés de pelage officiellement reconnu.
Pour les décrire, on utilise deux termes principaux : couleur et modèle, dont la combinaison donne le coloris de la fourrure.
- La couleur se réfère à la couleur du poil de garde, du sous-poil, des yeux et du museau.
- Le modèle indique la distribution de la couleur sur le pelage.
Mais on peut aussi identifier le furet par son masque et son type de poils.

Ainsi pour savoir dans quelles catégories ranger le pelage de son furet, il convient d’observer :
- La couleur des poils de garde.
- La couleur du sous-poil.
- La couleur des yeux.
- La couleur du museau.

Pour savoir dans quelles catégories ranger le modèle de son furet, il fait observer :
- La concentration de la couleur
- Le type de masque
- La présence de marques blanches.

Masque

Masque plein
Ce masque recouvre entièrement les yeux, comme un masque.
Masque T renverser
Ce masque prend la forme d’un T, il recouvre les yeux, puis le front
Masque v
Ce masque prend la forme d’un V, il recouvre les yeux et descend en flèche vers le museau.
Masque tacheté
Ce masque est composé d’une multitude de petites taches colorées sur fond blanc.

Il existe également des pelages sans masque, comme l’albinos et le panda.

Couleur

Albinos
Le véritable albinos se caractérise par une absence complète de pigments au niveau des poils, de la peau et des yeux.
Il offre un poil de garde et un sous-poil de couleur blanche ou crème, un museau rose et des yeux rouges.
Les teintes jaunâtres sont très peu appréciées.
Les furets qui ne sont pas Albinos sont dits : putoisé.
Noir (Black ou Black-self selon la classification US)
Le poil de garde est noir et le sous-poil blanc, avec parfois une légère teinte dorée.
Les yeux et le museau doivent être noirs ou presque.
Le museau tacheté de noir est considéré comme acceptable
Zibeline Noir (Black Sable ou blackself dans les pays nordiques)
Le poil de garde est de couleur cendre foncée ou brun-noir et le sous-poil blanc à crème, à l’exclusion du jaune.
Les yeux doivent être marron foncé ou presque noirs, et le museau de préférence cendré, brun-noir ou très tacheté, mais la teinte brun-noir est acceptée.
Silver
Le poil de garde est de couleur gris foncée ou claire, presque argenté, le sous-poil blanc à crème.
Les yeux doivent être noirs ou bleu, et le museau rose.
Champagne (Pastel)
Le poil de garde est marron clair ou d’une teinte plus pâle que la couleur chocolat, et le sous-poil blanc ou crème, à l’exclusion du jaune.
Les yeux sont bourgogne (clair à foncé) et le museau beige ou rose, ou encore rose bordé de beige ou de marron clair.
Il existe des variations comme « Champagne clair/light pastel », « Super Champagne claire/super light pastel », « Champagne foncé/Dark pastel » et « Champagne crème/Cream »

Chocolat
(Brown/Dark Brown)
Le poil de garde est marron chocolat clair, comme le chocolat au lait.
Le sous-poil est blanc, mais une légère teinte dorée est admise.
Les yeux sont bourgogne (clair ou foncé).
Le museau est de préférence de couleur brique ou bien beige rosé, avec le contour marron clair ou brique; le rose est toléré.
Cannelle (Roux/Cinnamon)
Le poil de garde est brun-roux et le sous-poil d’un blond doré, le blanc est aussi accepté.
Les yeux sont bourgogne (clair à foncé) et le museau est de couleur brique ou beige rosé, avec le contour marron clair ou brique, le rose est toléré.
Blanc aux yeux foncés
Le poil de garde et le sous-poil sont blancs à crème, de préférence blanche.
Il peut y avoir quelque poil de garde coloré, mais avec un ensemble blanc à 90 %.
Soit les poils colorés se dispersent dans la fourrure blanche, soit ils forment une bande centrale ou de petites taches.
Les yeux sont bourgogne et le museau est rose.
Il est appelé « Blanc aux yeux foncés
rayé » (striped) s’il a une raie noire de la nuque à la queue incluse.
Un furet « Blanc aux yeux foncés à
marques » (marqued) a des marques grises jusqu'à noires et, un sous-poil blanc.

Zibeline
(sable)
Le poil de garde est brun foncé et le sous-poil de préférence blanc à crème, voire doré clair, mais pas jaune.
Les yeux sont bruns ou presque noirs et le museau est marron clair, tacheté brun ou à contour marron.
Il existe des variations comme : « Sable white face » et « Sable white »
Isabelle
Un panaché de trois couleurs, blanc, crème à beige et noir.
Les yeux sont foncés à noirs.


Modèle

Siamois
Il y a un net contraste entre la couleur du corps et celle des extrémités (pattes et queue).
Une ligne très foncée s’étire en outre tout le long de l’abdomen.
Un masque en « V » léger orne la face du furet noir, zibeline noir, zibeline, cannelle et chocolat ; le masque en « T » complet est exclu.
Les sujets champagne ont soit un masque en « V », soit pas de masque du tout.
Le museau est rose ou beige.
Rouan
Le modèle rouan consiste en un mélange de poils de différente couleur.
Les poils de garde sont à 50-60 % colorés, et à 40-50 % blancs.
Chez le rouan noir, le mélange de poils de garde noirs et blancs crée un aspect gris qualifié alors de « silver »
Plein
Les poils de garde sont à 100 % colorés, et il ne doit pas y avoir le moindre poil de garde blanc sur le corps et les extrémités.
Le furet revêt donc une teinte uniforme sur l’ensemble de son corps.
Le masque est soit plein, soit en « T ».
Classique
90 à 100 % des poils de garde sont colorés, et les autres, blancs, mais la couleur ne s’avère pas aussi concentrée que chez le modèle plein.
Le corps parait plus clair et les pointes (queue et pattes) se démarquent en étant légèrement plus foncées.
Le masque est plein ou en « T ».


Standards des pelages à marques blanches

Mitts
L’extrémité des membres antérieurs et postérieurs est entièrement blanche, du bout des orteils jusqu’en haut du pied.
Il ne s’agit pas d’un modèle en soi, mais d’une caractéristique supplémentaire, par exemple un zibeline avec le bout des pattes blanc sera qualifié de « zibeline Mitts ».
On peut aussi relever la présence de taches blanches sous la gorge, aux genoux et sur le bout de la queue.
Les yeux revêtent en général toutes les nuances du bourgogne.
Arlequin
Le masque doit être clair, voir inexistant.
Marque blanche sur la tête et au cou, peut avoir aussi un Blaze (flamme).
Le bout des pattes est blanc, parfois les genoux sont blancs et l'on trouve une tache blanche sur le ventre.
Ce modèle est mal défini et on le confond souvent avec le modèle « Panda »
Polka
Furet très rare.
Le poil est blanc avec des taches noires comme le dalmatien.
Les pattes sont blanches et les yeux noirs.
Blaze (flamme/Badger)
Une longue bande blanche prend naissance dans la région du front, passe entre les deux oreilles et se termine au bas du cou, de préférence entre les deux épaules.
Le masque dépend de la variété de fourrure.
De petits anneaux colorés autour des yeux et de petits masques sont acceptables, mais pas les masques pleins. Il peut y avoir des taches blanches sur les genoux et au bout de la queue, de même que sous la gorge.
On accepte également un ventre blanc ou tacheté, ainsi que le modèle rouan.
Les yeux revêtent diverses nuances, du rubis au brun.
Le museau est rose.
Les membres antérieurs et postérieurs ont les doigts blancs.

Panda

La tête est presque entièrement blanche, le cou et la gorge compris.
Des poils de garde formant des anneaux autour des yeux sont acceptés.
On accepte aussi d’éventuelles marques blanches aux genoux et sur le bout de la queue.
Les yeux revêtent toutes les nuances du bourgogne et le museau est rose.
Les quatre pieds sont obligatoirement blancs.

Type de poils

Angora
Le poil angora est plus long, il peut atteindre 8 cm en hiver, mais il ne détient pas de sous-poil.
Autre différence, le furet Angora a le nez bifide, cela signifie que les ailes du nez ne sont pas régulières.
Elles présentent un petit repli peu visible dans la narine.
De plus, il a généralement du duvet sur la truffe et un nez plus gros et plus retroussé.
Semi-Angora
le poil semi-angora est que le furet semi-angora possède le gène « Angora ».
Il a donc le poil long et fourni, mais pas autant que l’Angora, il n’a pas le nez bifide ni poilu.
Poil ras
Le poil est court, c’est le type de poil le plus classique.

Une fois établis, le modèle, la couleur et le type de poils du furet se combinent pour définir la variété de pelage.
Compte tenu de toutes les combinaisons possibles, on comprend pourquoi les variétés sont si nombreuses.
Il faut savoir que le poil de garde met un certain temps à revêtir sa couleur définitive, de sorte qu’il s’avère difficile de prédire sans se tromper quelle sera la coloration du pelage d’un jeune furet.
On a également du mal à établir la couleur exacte du furet en mue, car l’animal perd alors une bonne partie de son poil de garde.

Un peu D’histoire

D’après plusieurs documents historiques, les furets auraient été domestiqués pour la première fois vers 1300 av. J.-C par les Égyptiens qui s’en servaient surement pour lutter contre les rongeurs.
Les pharaons d'Égypte l'élevaient même au rang d'animal divin et en faisaient leur symbole protecteur.
Hélas, on ne sait pas si les furets furent remplacés par les chats, car ils ne supportent pas le climat chaud de la région.
Ou parce qu’ils occupaient une telle place dans l’entourage du Pharaon que le peuple en est venu à le détestaient, au point de le pourchasser à mort.

Aristophane, le célèbre auteur de théâtre grec mentionne les furets dans une de ses comédies Les Achéens.
Il comparait ce peuple avec les furets, qui avaient une réputation de voleurs.
Les Grecs connaissaient des furets, mais n'en gardaient pas chez eux.
Vers l'an –350 av. J.-C.. Aristote parle des « iktis », qui signifient
« furets domestiqués ».

Auguste envoya des furets aux Iles Baléares pour contrôler la population des lapins en –6 av. J.-C..

Pline (- 23-79 av. j-c.) mentionne les lapins et les furets, tout comme Isidore de Séville en 600.
Pline l'ancien situe l'origine du furet en Afrique du Nord, il aurait été ramené en Europe par les légions romaines au 1er siècle de notre ère.

Il y a mention de l'usage des furets dans un manuscrit de chasse par l'Empereur germanique Frédéric II en 1245, il est dit que Gengis Khan l'utilisa dans un cercle de chasse en 1221.
Le meilleur manuscrit sur le domaine est Le Livre de Chasse de Gaston Phoebus, brillant Comte de Foix et Prince de Béarn, en 1390.

L'époque où apparut le furet albinos est inconnue à ce jour, la première représentation d'un furet albinos est dans le Missel de Sherborne vers 1300 et sa première mention indirecte est en 1421 avec la traduction anglaise d'un poème français le siège de Thèbes.

Dans l'ouvrage de Gesner en 1551, le furet est décrit, comme ayant « une couleur de laine teintée d'urine ».

Au XVIII siècle, le furet était utilisé pour contrôler la population de rongeurs à bord des navires, il fut préféré aux chats qui ne pouvaient pas passer dans les passages étroits des navires.
Depuis, il est la mascotte de la Marine Coloniale du Massachusetts !

Il existait un jeu anglais qui consiste à supporter 2 furets dans les canons des pantalons le plus longtemps possible, la taille et le bas des jambes étant bien fermés.
Ce sport anglais fut abandonné au début des années 1980, car il occasionnait trop de stress aux furets.
Le dernier record date de 1983 et appartient à un Anglais qui a toléré un furet dans son pantalon pendant 5 heures et 26 minutes.

De nos jours, le furet est aussi utilisé pour amener des fils dans des longs tuyaux, qui sont inaccessibles à l'humain.
Pour passer les câbles dans les tuyaux, on accroche le câble aux harnais du furet, puis on le dépose à l'entrée du conduit.
Il est ensuite attiré à la sortie du tuyau par des sifflements, où il reçoit une petite friandise pour le remercier du travail.
Les furets sont maintenant reconnus comme animaux domestiques, ainsi depuis plus de vingt ans, la popularité du furet ne cesse d'augmenter dans nos foyers.

Merci, aux sites, blogs, forums, éleveurs et livres qui m'ont permis de faire cette fiche.
Certaines photos viennent de moi.