Mystere Naturel

20 avril 2016

L’élevage de la couleuvre diadème royal

Il existe dans la nature un nombre incroyable de reptiles, qui ont parfois des particularités très différentes l’une de l’autre.
D’où l’importance de bien les connaître avant de faire de choix d’en posséder un.
C’est pour ça que je vais vous parler de « L’élevage de la couleuvre diadème royal »

Note : Cet article a été écrit par notre partenaire Reptiles Planet/Savannah.

Cette couleuvre, au nom scientifique Spalerosophis atriceps, ressemble beaucoup, quand elle est jeune, au serpent à diadème (Spalerosophis Diadema). C’est pour cela qu’elle était rattachée à cette espèce jusqu’en 2009, année où elle est devenue une espèce à part entière.

couleuvrediademeroyal (4)

Son milieu naturel

Pour rencontrer la couleuvre diadème royal à l’état sauvage, il faut se rendre soit au Pakistan, soit au nord-ouest du sous-continent indien. Son habitat naturel se trouve dans des régions sèches et semi-arides. Toutefois, cet animal n’a pas de difficulté à s’adapter à son milieu. Il fait partie des espèces les plus habituelles en captivité.

Sa taille

Malgré ses 120 à 160 cm (parfois 180 et même 200 cm), la couleuvre Diadème Royal est moins agressive que les autres composants de la famille Colubridae. Au lieu de mordre ceux qui le dérangent, il préfère frapper la gueule fermée, sauf dans certains cas extrêmes.

couleuvrediademeroyal (2)

Sa particularité

Il est difficile de distinguer un juvénile atriceps d’un diadema de même âge. Cette espèce est en effet née avec une coloration sable avec des taches brunes régulières sur le dos et les flancs. Elle gardera cette apparence durant quelques années avant de changer radicalement.
À partir d’un certain âge, la couleur de sa tête devient noire avec une couronne ocre au niveau du cou. Il y aura par la suite l'apparition de reflets irisés, changement de la couleur de fond en orangé, et celles des taches sur les dos en noir. Celles-ci peuvent se développer pour couvrir une bonne partie du corps de l’animal. Ce dernier se transforme ainsi en un serpent entièrement noir. Certains spécimens peuvent avoir d’autres apparences en grandissant.
Ainsi, lorsque l’on garde un juvénile en captivité, il ne faut pas s’attendre à avoir une beauté qu’après plusieurs années. Tout éleveur qui suit cette voie doit donc s’armer de patience.

L'hibernation et la reproduction

Comme tous les reptiles, le Spalerosophis atriceps prépare la saison de la reproduction lors de l’hibernation. En effet, en captivité, il est souvent difficile de descendre jusqu’à la température conduisant systématiquement cet animal à un repos d’un ou de deux mois, les éleveurs doivent alors utiliser un « hibernatorium », c'est-à-dire une boîte particulière contenant un substrat de copeaux de bois blanc et un abreuvoir. Ce dernier devra avoir une température de 15 à 16° pour favoriser la stimulation des cellules de la reproduction.
En général, cette dernière survient un peu moins d’un mois après le repos si l’animal atteint déjà sa maturité sexuelle. Celle-ci est obtenue à l’âge de 3 ans pour une femelle et à l’âge de deux ans pour un mâle.

couleuvrediademeroyal (1)

Quel type de terrarium ?

On peut élever cet animal seul ou en groupe.
Pour un seul spécimen, il faut au moins un grand terrarium de 120 cm de long sur 60 de large. En plus de sa grande taille, le Diadème Royal est un animal qui bouge beaucoup. Un petit espace peut donc ne pas lui suffire. La hauteur est de moindre importance, ce serpent étant un animal terrestre.
Pour un individu supplémentaire, le rajout du tiers de ces dimensions est incontournable.

Remarque : même si la couleuvre diadème royal n’a pas de prédispositions au cannibalisme, une séparation s’impose au repas en cas de composition de groupe. Par ailleurs, un élevage séparé est plus propice à la reproduction.

couleuvrediademeroyal (3)

Que faut-il mettre dans le terrarium ?

Pour le substrat, les copeaux de bois restent le meilleur choix même s’il existe des options plus faciles comme du papier essuie-tout et les papiers journal. L’aménagement devra se poursuivre par la mise en place d’un branchage ou d’une racine solide autour duquel l’animal peut s’enrouler et des cachettes assez grandes. Un petit bac d’eau fraîche devra compléter le tout.
Pour le chauffage, la plupart des éleveurs préfèrent le câble chauffant et la lampe localisée. Le premier servira au maintien de la température ambiante (28 à 30°C) et le second à la création d’un point chaud (30 à 35°C).

Que faut-il lui donner à manger ?

Au cours de leurs premières années d’existences, les Spalerosophis atriceps, véritables gloutons, se nourrissent de sauriens. À partir d'un certain âge, les rongeurs prennent de plus en plus la place de ces derniers.
En captivité, on peut donner à cette espèce aussi bien des proies vivantes que des proies mortes. Les premières sont toutefois recommandées par la plupart des éleveurs, ils estiment qu’il s’agit de l’option qui convient le plus à un prédateur comme le serpent diadème royal.

couleuvrediademeroyal (5)
Image : Batwrangler & Reptiles Planet/Savannah