La chaleur commence enfin à apparaitre dans nos jardins, réveillant les arbres et les fleurs.
Hélas, ceci a aussi comme conséquence de faire apparaitre un parasite brun et virulent.
Il est connu pour être la terreur des maitres et des animaux domestiques, apportant grattage et répulsion, je vous parle ainsi de « La puce ».

Les puces, anciennement dénommées « aphaniptères », forment l'ordre des siphonaptères (du latin sipho « tube »).
Ce sont des insectes ptérygotes holométaboles, caractérisés entre autres par leurs pièces buccales conformées en un appareil piqueur-suceur.
Elles sont ectoparasites, c'est-à-dire que ce sont des parasites externes, qui infectent les mammifères et les oiseaux, de plus elles vivent du sang de leur hôte.
Ce groupe de puce est très ancien, ainsi il existait déjà des puces primitives, on en aurait découvert en Mongolie intérieure et elles remontent à 165 millions d'années. Elles auraient donc pu parasiter des dinosaures.
De nos jours, on décrit près de 2 500 espèces de puces, réparties en 239 genres et 15 à 16 familles, et 5 super familles.
Ainsi, en Europe, les animaux domestiques peuvent être porteurs de plusieurs espèces de puces, comme la Ctenocephalides felis ou la Ctenocephalides canis.
Mais, la plupart du temps, c’est la Ctenocephalides felis, vulgairement appelé « puce du chat », qui parasite le plus les carnivores.
Les puces sont un parasite potentiellement vecteur de maladies, elles transmettent en général une vingtaine d'agents pathogènes, tant des bactéries, des maladies vectorielles, des zoonoses que des parasites.

puce (4)

Les puces sont des insectes de couleur brune et mesurent de 2 à 6 mm de long, voire jusqu’à 8 mm pour les plus grands spécimens.
Selon l’espèce des puces et son stade de développement, la forme, la taille et la couleur varient beaucoup.
Néanmoins, elles n'ont pas d'ailes, mais elles détiennent des pattes qui leur permettent de bien s'agripper à la fourrure d'un animal et de se faufiler facilement.
Ceci est facilité par l’aplatissement latéral de leur corps et par la disposition en proue des hanches antérieures qui favorise l’écartement des poils.
De plus, leur maintien est facilité par l’existence de deux griffes et de deux tubérosités à l’extrémité de chaque patte.
Ses pattes lui permettent aussi de sauter aussi bien verticalement qu'horizontalement, mais ce saut diffère de celui des sauterelles qui mettent en œuvre une puissante musculature.
La propulsion des puces est la conséquence, dans un premier temps, de la compression de la masse de résiline, protéine à haute élasticité, contenue dans la patte postérieure.
Suivie d’un verrouillage de loquets cuticulaires maintenant le fémur replié sur la hanche.
Donc, quand la puce est prête à sauter, elle s’accroupit et prend appui à l’arrière sur ses trochanters.
Le déverrouillage des loquets permet la libération brutale de l’énergie stockée dans la masse de résiline.
Cela propulse l’insecte vers l’avant selon une trajectoire qui fait un angle de 50°, par rapport à l’horizontale.
Elle peut ainsi atteindre 33 cm en hauteur et saute en moyenne à 20 cm de distance (2 à 48 cm).

puce (2)

La tête d’une est arrondie ou anguleuse, elle est étroitement liée au thorax et donc peu mobile.
La puce porte une paire d'antennes constituées habituellement de trois articles, l'article distal étant strié transversalement.
Leur œil est un ocelle situé en avant de l'antenne.
Leur appareil buccal piqueur est constitué essentiellement d'une paire de stylets perforants pourvus de petites dents et d’un stylet impair, le labre.
La coaptation de ces 3 stylets délimite 3 canaux, soit :
- Un canal alimentaire qui permet l’aspiration du sang par les pompes pharyngiennes.
- Et deux canaux salivaires qui assurent l’injection de la salive propulsée par la pompe salivaire.
De plus, cette salive a des propriétés allergisantes pour les chiens et les chats.
Le thorax d’une puce est formé de trois segments indépendants pourvus chacun d'un stigmate et d'une paire de pattes.
Quant à l’abdomen, il est constitué de dix segments formés respectivement d'un tergite et d'une sternite.
Le chevauchement des différentes plaques permet la distension de l'abdomen lorsque la puce effectue son repas.
La forme générale de l'abdomen permet de distinguer les sexes.
Chez la femelle les faces dorsales et ventrales sont convexes. Alors, que chez les mâles la face dorsale est presque plate et celle ventrale est très incurvée.

puce (12)

Parasitage

En général, ce sont les femelles et les mâles qui piquent l'hôte pour se nourrir de son sang.
Il faut savoir qu’avant de se gorger de sang, les puces inoculent un liquide salivaire qui empêche le sang de son hôte de coaguler.
Ce qui provoque la formation d’une petite tache rouge, qui est dure et qui démange.
Cette irritation est causée par la réaction du système immunitaire de l'hôte face aux substances injectées par la puce.
La quantité de sang ingérée au cours du repas, qui est difficile à évaluer, serait d’une dizaine de microlitres par jour.
Normalement, le repas débute dès l’arrivée sur l’hôte et en général une heure après la puce est gavée.
En l’absence d’hôte, les puces ne survivent pas au-delà de 2 jours, alors que les puces nouvellement écloses, donc à jeun, survivent 1 à 6 semaines selon les conditions ambiantes.
Néanmoins, les femelles ont besoin d'un repas de sang pour la maturation des œufs et d'un repas en général avant chaque ponte.
De plus, sachez que les excréments de puces contiennent du sang partiellement digéré et se présentent sous forme de petites déjections brunes.

puce

Il est aussi possible de classer les puces, par rapport à leur manière de parasiter, soit :
- Les puces de fourrures : Elles vivent en permanence sur leur hôte et ne le quittent que pour contaminer un nouvel individu.
Elles possèdent habituellement une bonne aptitude au saut.
- Les puces nidicoles ou puces de terriers : Elles passent la quasi-totalité de leur temps dans le nid ou le terrier. Elles parasitent leur hôte qu'au moment des repas, c'est à dire tous les deux à quatre jours.
Ces espèces sont moins mobiles et sautent moins haut que les précédentes.
- Les puces sédentaires et les puces pénétrantes : Après fécondation, elles se fixent autour des yeux des volailles et plus rarement des chiens.
Alors que d’autres enfoncent dans le conjonctif sous-cutané, avec comme seule communication avec l'extérieur, l'orifice de ponte.

puce (13)

Cycle de vie

Les femelles fécondées commencent à pondre 24 à 48 heures après le repas et ne cessent qu’à leur mort.
Elles pondent en moyenne 20 à 30 œufs par jour, les œufs sont d’un blanc nacrés, mesurant de 0,3 à 0,5 mm.
Mais même si les œufs sont d’une texture collante, ceci ne les empêche pas de tomber sur le sol et d’éclore en 48 heures.
Il faut savoir que la durée du cycle biologique dépend de l'espèce en cause, de la température, de l'humidité et de l'accès à la nourriture.
Mais, selon les conditions, une puce devient adulte en deux à trois semaines, sinon, elle prendra plusieurs mois à se développer.

puce (11)

Les puces passent par quatre stades de développement distincts :
- L’œuf : Ils sont ronds, à coque lisse, de couleur blanchâtre et de texture collante.
Les œufs déposés sur le corps d'un hôte peuvent tomber facilement et s'accumulent généralement dans le matériel de couche, la boîte, ou la niche de l'animal domestique.
- La larve : Au bout de quelques jours, une larve en forme de ver sort de l'œuf.
Elle est de très petite taille, environ 1,5 mm de longueur, mais elle peut atteindre jusqu'à 5 mm de longueur.
La larve est velue et de couleur blanchâtre, à l'exception de la tête qui est brunâtre.
Pendant ce stade, la larve évite la lumière et est sensible aux variations d'humidité et de température.
Elle se nourrit de débris organiques, de dépouilles larvaires et du sang séché se trouvant dans les excrétions des puces adultes.
Elle peut survivre jusqu'à deux cent jours dans des conditions défavorables et se déplacer sur des distances allant jusqu'à 30 cm par minute.
La larve s'enroule autour de l'objet le plus proche, souvent les fibres d'un tapis, ce qui lui évite d'être victime de l'aspirateur.
- La nymphe : Pendant le troisième stade de développement, la larve se recouvre de poussières, de fibres, de grains de sable, et de débris organiques.
Sous ce revêtement, elle se tisse un cocon avec la soie fournie par ses glandes labiales.
Dans cet abri, la larve, d'abord blanche, brunit de plus en plus et se métamorphose en adulte.
- L’adulte : À son quatrième stade de développement, la larve devient la puce adulte que l’on connait.
Néanmoins, il peut arriver qu’une puce adulte reste enfermée pendant plusieurs mois dans son cocon, jusqu’à ce que des conditions propices, comme une augmentation de la température et des concentrations de dioxyde de carbone, favorisent son émergence.
Les vibrations produites par la présence d'un hôte peuvent également stimuler sa sortie de l'enveloppe nymphale.
Cette sensibilité aux vibrations explique pourquoi les puces vivant dans des maisons inhabitées deviennent actives dès l'arrivée d'humains ou d'animaux de compagnie.

puce (3)

Milieu naturel

On peut trouver des puces dans de nombreux milieux, comme dans une forêt, une prairie, une ville ou une simple maison.
La saison la plus propice aux infestations de puces à l'extérieur s'étend du début d’août au début d'octobre.
Pendant, les étés chauds et très secs, les populations de puces ont tendance à augmenter à l’intérieur et à l’extérieur.
Ainsi, dans les pays chauds on en observe toute l’année.
Par contre dans une zone tempérée et froide, les puces ont du mal à se reproduire.
De même, en dessous de 0 °C, la plupart des puces et des larves meurent, ce sont ainsi les oiseaux migrateurs qui refont la population, en les rapportant du sud.
Donc, en hiver des puces vivant dans une maison surchauffée proliféreront, alors que leurs congénères à l’extérieur mourront de froid.

puce (5)

Les maladies transmissibles

Voici la liste des différentes maladies que la puce peut transmettre, elles sont nombreuses et varier d’un animal à l’autre, pourtant certaines touchent toutes les races animales.

Voici les maladies générales, elles touchent essentiellement les petits et gros mammifères (chien, chat, rongeur…), certaines peuvent aussi être contractées par les oiseaux :
- La spoliation sanguine.
- La dermatite par hypersensibilité aux piqûres de puces (DHPP ou DAPP).
- La peste (bacille Yersinia pestis).
- Le ver plat/tenia (Dipylidium Caninum).
- L’anémie (chez les jeunes ou vieux animaux).
- Les filarioses (Dipetalonema reconditum).

Maladie contractée par le chien :
- La dermatite pyotraumatique.
- La séborrhée.
- La pyodermite secondaire.
- La lichénification.

Maladie contractée par le chat :
- La dermatite miliaire.
- L’alopécie.
- Le complexe granulome éosinophilique félin (ou C.G.E.F.).
- L’hemobartonellose du chat ou l’anémie infectieuse féline.
- La maladie des griffes du chat (Bartonella henselae).

Maladie contractée par les rongeurs :
- Le typhus murin (Rickettsia mooseri).
- La tularémie (Francisella tularensis).
- La myxomatose (Spilopsyllus cuniculi).
- Le ténia moyen (d'Hymenolepis diminuta).

Maladie contractée par les oiseaux/perroquet :
- L’echidnophaga gallinacea (Anémie).

puce (8)

Prévention

Lorsqu’un animal vit dans un milieu où il est régulièrement exposé aux puces, il est indispensable de le protéger, au moins pendant la période de prolifération de ces parasites, c'est-à-dire d’aout, à octobre.
Bien sûr, il existe quelques gestes ou produits, qui peuvent éviter les attaques de puce. Mais, il faut prendre en compte que la diffusion de ces substances prend du temps, donc il faut traiter votre animal bien avant l’été, soit vers le printemps.

Nom : Observer
Méthode : Il est essentiel d'examiner périodiquement les animaux de compagnie durant la saison la plus propice aux infestations de puces.
Recherchez la présence sur la peau de l'animal de petits points noirs de la taille de grains de poivre moulu.
Si l'animal est infesté, il faudra vite réagir en le traitant comme il faut.

Nom : Les insecticides/pulvérisateurs (Frontline)
Méthode : Les insecticides contre les puces sont nombrés, il faut donc se renseigner avant de choisir un produit.
De plus, de nos jours, il existe de nombreux produits insecticides qui associent des molécules pour agir à la fois contre les puces et d’autres parasites externes.
Cette méthode est assez efficace, certains produits agissent pendant plusieurs semaines et tuer parfois le parasite avant qu’il ne puisse piquer.

Nom : Les colliers répulsifs (Scalibor, Preventef)
Méthode : les colliers ont l'avantage de durer plusieurs mois, mais il ne faut pas oublier de les changer régulièrement.
Il existe beaucoup de colliers combinant différents répulsifs, donc il ne faut pas hésiter à les tester pour trouver le plus adapté à l’animal.
Mais il ne faut pas oublier que l’efficacité des colliers dépend de la taille de l’animal et de la longueur du pelage.
Ainsi, pour un grand chien ou un chat à poil long, la diffusion du produit est parfois difficile.
Il faut alors ajouter un autre produit contre les puces, qui se combinera aux colliers pour obtenir un meilleur niveau de protection.

Nom : Les produits acaricides/Pipette (Frontline, Fiprospot, Biospotix, Effipro, Fiproline)
Méthode : Normalement, la substance acaricide se diffuse sur toute la surface cutanée de l’animal et reste généralement active pendant 3 à 4 semaines.
Elle ne pénètre pas dans le sang, elle se concentre juste dans les glandes sébacées.
Attention tout de même, car certains produits sont très agressifs, et ils sont des fois déconseillés pour les jeunes ou les petits animaux.
De plus, il ne faut pas baigner son animal, car l’exposition à l’eau peut perturber l'efficacité du produit.
Cette méthode tue rapidement les puces, réduisant ainsi le risque de transmission de maladies, elle reste la solution la plus efficace.

Nom : Les shampoings anti-puces.
Méthode : Ces produits tuent au contact les puces, mais ils n'ont presque pas d'effet durable.
Par conséquent, il vaut mieux l’utiliser quand un animal est infecté de puce, pour la population de puces.
Ensuite, il faudra continuer le traitement, en mettant un produit de longue durée.

Nom : Les mousses anti-puces
Méthode : Ce produit a le même effet qu’un aérosol anti-puce, mais il doit être utilisé pour les animaux de compagnie, qui sont nerveux, en particulier les chats.

Nom : Les poudres anti-puces
Méthode : Un produit qui devient moins efficace pour les animaux de compagnie qui ont une fourrure épaisse et feutrée ou un sous-poil serré.

puce (9)

Nom : Les médicaments anti-puces
Méthode : Il existe maintenant des médicaments par voie orale, qui laissent dans le sang de l'animal un résidu qui s'avère toxique pour les puces lorsqu'elles piquent l'animal.
Mais, étant donné que certains animaux de compagnie sont allergiques aux piqûres de puces, certains vétérinaires considèrent cette méthode moins attrayante et préfèrent les autres produits de traitement.

Nom : Le vinaigre
Méthode : Une méthode qui a fait ces preuves dans certains cas.
Il faut verser une cuillère à soupe de vinaigre dans un bol d’eau, tremper un gant de toilette dans l’eau vinaigrée et essorez-le.
Puis, brossez le poil de votre animal avec, en évitant soigneusement les muqueuses, l’anus et les parties de son corps où le pelage est absent.
Effectuez ceci une fois par semaine pendant un mois minimum en traitement préventif début avril.
Si votre animal est déjà infecté, effectuez ce brossage à l’extérieur, car vous pourrez observer quelques puces fuir son pelage dès le début de ce brossage.

Nom : L’aspirateur et le nettoyage
Méthode : Les puces adultes se nourrissent exclusivement de sang animal ou humain.
Mais leurs larves sont détritipahges, elles se régalent donc de déjections d’imagos de puces et de déchets organiques.
Les pièces à vivre de votre intérieur peuvent facilement devenir vecteurs de prolifération.
Il est donc conseillé de passer l'aspirateur à fond, insistez sur les endroits favorables comme les angles, le dessous du lit, des meubles...
Puis pulvériser un insecticide à action persistante.
Il peut également être utile de faire nettoyer les tapis à la vapeur, car la vapeur et le savon peuvent tuer les puces à n'importe quel stade de développement.
Portez une attention particulière aux endroits où les animaux de compagnie se couchent.
Lavez à l'eau chaude savonneuse tout le matériel et toute la literie familiale sur lesquels les animaux de compagnie se couchent, toutes les deux ou trois semaines.
Si l'infestation est grave, jetez le vieux matériel qui sert de couche à l'animal et remplacez-le par du matériel propre et frais.

Nom : Les fumigènes
Méthode : Les fumigènes anti-puces sont reconnus comme étant une solution efficace pour se débarrasser des puces, surtout dans les pièces entreposant du matériel sensible.
Le fumigène est un traitement très efficace, car il permet d'atteindre tous les recoins du lieu à traiter en diffusant de fines particules de produits anti-puces.
Le fumigène commence à agir en une heure et atteint son efficacité optimale contre les puces en 4 heures seulement.
Par contre, il faut vérifier les molécules utiliser dans la composition du fumigène, car certaines sont toxiques pour les chats.
De même, il ne faut aucun animal ou personne ne rentre dans la pièce traiter pendant 48 h ou plus, selon les indications du produit.

Nom : Le peigne anti-puce
Méthode : Ce peigne est principalement utilisé chez les chiots, les chatons, les lapins et les furets pour qui les autres produits peuvent être mal tolérés.
Ainsi, le peigne permet de décoller et déloger les puces des poils de votre animal.
Il faut normalement brosser l’animal tous les jours, jusqu’à élimination complète des puces et des larves.
Vous pouvez aussi utiliser la méthode du vinaigre cité plus haut, sauf que vous remplacez le gant par le peigne.
Ainsi, l’eau vinaigrée servira de réceptacle dans lequel vous mettrez les poils de chat, les puces et/ou larves que vous aurez récoltées lors de votre brossage.
De plus, cela déposera du vinaigre sur les poils de votre animal, ce qui aura pour effet de repousser les puces qui détestent cette odeur.

Nom : Les huiles essentielles
Méthode : Certains produits utilisent comme méthode de répulsion les huiles essentielles.
Cette solution naturelle est reconnue comme étant un bon traitement contre les puces, mais il faut savoir que certains animaux, comme les chats sont très sensibles aux huiles essentielles.
Hélas, il n’existe encore aucune étude qui nous démontre si c’est le cas ou non.
Je vous présente donc une solution naturelle aux huiles essentielles pour traiter l’environnement de votre animal.
Dans un vaporisateur rempli de 200 ml d’eau de source, ajoutez :
- 4 cuillères à soupe de vinaigre de cidre ou de lavande.
- 10 gouttes d’huile essentielle de menthe (évitez la menthe poivrée que les chats détestent).
- 5 gouttes d’huile essentielle de lavande, si vous avez utilisé du vinaigre de cidre.
Ou 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus si vous avez utilisé du vinaigre de lavande.
Il ne vous reste plus qu'à pulvériser ce mélange sur le canapé, les coussins… (Mais pas sur l’animal)

puce (7)

Comment retirer une puce

Avant de choisir une méthode de lutte contre les puces, on doit d’abord tenir compte de l'animal à traiter, comme sa taille, la nature de son pelage ou son mode de vie.
Il faut ensuite prendre en compte la commodité d'emploi et du coût du traitement.
Enfin, il faut éviter l’apparition de population de puces résistantes, surtout lorsqu’on intensifie la lutte, comme cela semble être la tendance.
Hélas, il existe très peu de publication traitent de cette question chez les puces.
Mais en extrapolant ce que l’on sait sur d’autres insectes, on apprend que la résistance apparaît surtout quand on utilise les produits venant de cette famille, soit :
- Les organophosphorés.
- Les pyréthroïdes.
Il est donc fortement conseillé, lorsqu'on lutte contre les puces, sur l’animal et son environnement, de ne pas utiliser la même famille de produits.
Ainsi, il faut utiliser deux méthodes pour bien traiter et détruire ces parasites.
Par contre, il faudra continuer à maintenir un traitement préventif, pour éviter de nouveau une surpopulation pouvant créée des maladies sur l’animal.

puce (6)