Il arrive que les animaux nous mènent la vie parfois dure, par des agissements destructeurs.
On pourrait citer le chat avec ces griffes, qui n’hésite pas à faire diminuer de taille le bois de l’escalier fraichement verni.
Pourtant, face à la griffure du chat sur le mobilier, il existe une solution, une idée peu banale.
Je vous parle ainsi : « Des protèges-griffes »

Les chats, ces petits félins de nos maisons, ont souvent tendance à faire leurs griffes sur nos meubles.
Mais même si l'on coupe ou lime les griffes, l’acte se répète, car elle repousse vite, et le griffoir n’est parfois pas si efficace.
De plus, il n’est pas question de se séparer de notre cher matou, pour un tel motif.
Hélas ! Il y a peu, certains avaient trouvé la solution dans une torture chirurgicale des plus honteuse, avec le « dégriffage »

dégriffage, une torture barbare

Le dégriffage est une pratique médicale, qui consiste à retirer définitivement les griffes de l’animal.
Ainsi, il s’agit de l’amputation entière de la dernière articulation du doigt (3e phalange) où la griffe prend racine.
Cette pratique est encore pratiquée aux États-Unis et, au Canada, heureusement elle est interdite, et illégale dans plus de 24 pays d’Europe depuis mai 2004, dont la France.
Elle peut néanmoins être justifiée pour des motifs strictement médicaux.
Voici ce que dit l’accord fait à Strasbourg en 1987 et approuvé en 2003 par de
nombreux pays :

« Les interventions chirurgicales destinées à modifier l’apparence d’un animal de compagnie, ou à d’autres fins, non curatives, doivent être interdites et en particulier : la coupe de la queue, la coupe des oreilles, la section des cordes vocales, l’ablation des griffes et des dents ».

Voici les différents motifs, qui amènent à penser que cette opération chirurgicale est contre-nature et ne respecte pas l’animal dans son intégrité :
- Les griffes du chat font partie intégrante de son anatomie et elles sont essentielles à sa mobilité et à sa survie.
- Chez le chat, se faire les griffes est un comportement inné et normal.
- Les griffes du chat servent à marquer son territoire visuellement.
- Le chat utilise ces griffes pour étirer ses muscles et sa colonne vertébrale, et pour se détendre.
- Ces griffes servent aussi pour communiquer, chasser, s’amuser ou combattre.
- Entretenir ces griffes est un rituel nécessaire pour maintenir l’équilibre physique, émotionnel et mental du chat.
- Le dégriffage pratiqué sous anesthésie générale est une chirurgie irréversible et douloureuse pouvant conduire à des complications graves et à des conséquences à vie.
- Aucun propriétaire ne peut garantir que son chat, privé de ses défenses, ne s’échappe jamais de la maison, qu’il n’est jamais besoin de chasser pour survivre et qu’il n’est jamais à se défendre ou fuir un danger dans un milieu potentiellement hostile.
- Les chats dégriffés sont disqualifiés lors des expositions, car le dégriffage est considéré comme un acte de torture.
- Le chat devient malpropre en développant une aversion pour sa litière à cause de la douleur de ses plaies qui s’accentue quand il gratte.
- Le chat devint agressif envers les humains et les autres animaux, parce qu’il a peur et doute qu’il puisse se défendre sans ses griffes en cas de danger, ainsi, il devient dans un état de survie permanente.

En bref, le dégriffage peut conduire des complications postopératoires, comme :
- Des complications inhérentes à l’anesthésie générale.
- Des hémorragies.
- Des infections.
- Des boiteries dues à des nerfs endommagés
- Des repousses anormales et partielles des griffes souvent invisibles.
- Une nécrose des phalanges (mort des tissus par manque de circulation sanguine).
Mais aussi à des affections psychosomatiques et comportementales.

De plus, en l’absence des griffes, le chat se trouve sans défense et ses mouvements sont gênés par l’amputation du dernier segment des doigts et des orteils.
L’appui du membre ne se fait plus sur le bout de la dernière phalange, mais sur le bout de la phalange précédente qui n’a pas cette fonction anatomique.
Toute l’angulation des membres et la biodynamique du corps sont transformées par cette mutilation, qui accroît en outre la tension des tendons, des ligaments et des muscles.
En conséquence, le chat ressent des douleurs fantômes persistantes avec sensation de picotement aux extrémités des membres amputés, en fait, il s'agit d'une inflammation des terminaisons nerveuses qui ont été sectionnées.
Ainsi, le chat souffre toute sa vie, pour le plaisir d’un maitre, qui n’a pas su l’éduquer.
Sachez aussi que cet acte peut être pratiqué pour les chiens.

Une solution peu banale

Pourtant derrière cet acte des plus horribles, quelqu’un a trouvé une solution indolore pour éviter que le chat fasse ces griffes, évitant du coup le dégriffage.
Les protégés-griffes furent inventés par un vétérinaire au début des années 1990, on retrouve ainsi la marque « SoftPaws » qui importe directement des USA leur marchandise.
Ces petits objets se présentent sous la forme de petits capuchons en plastique souple destinés à recouvrir les griffes des chats ou chiens d’intérieur, il peut même être utilisé pour les furets, le lapin ou encore les iguanes.
Bien sûr, ils sont discrets, totalement inoffensifs, sans dangers et ils sont faits d’un produit non toxique pour les animaux.
De plus, ils n’engendrent aucune gêne pour l’animal et tombent naturellement au bout de 4 à 6 semaines d’utilisation.
Ces protégés-griffes existent en plusieurs tailles (kitten, small, medium ou large) et en plusieurs couleurs.
Par contre, ils ne doivent servir que pour les chats d’intérieur, car le chat peut toujours sortir et entrer ses griffes lui donnant un faux sens de sécurité, alors que ses moyens de défense et de chasse sont énormément réduits à cause de la matière.
Ce produit est ainsi prescrit par de nombreux vétérinaires et associations de protection des animaux à travers le monde, et cette solution est plus envisageable qu’un
dégriffage.

Comment les mettre ?

Pour mettre les protégés-griffes, c’est simple :
- Il suffit de couper dans les griffes de votre chat
- Puis d’appliquer sur chaque protège-griffe quelques gouttes de la colle (non-toxique) fournie avec.
- Ensuite, on les glisse sur les griffes de votre chat.
- Pour finir, on attend quelques minutes qu'ils sèchent.

Ainsi, votre chat vivra sa vie de tous les jours pendant 4 à 6 semaines avant leur chute et 2 à 3 semaines pour un chaton.
Bien sûr, le chat s’accommode rapidement à ces nouvelles griffes, mais, pour lui faire oublier rapidement ce petit changement, vous pouvez lui offrir quelques friandises en récompense.
Par la suite, votre chat s’occupera de problème de chat, comme faire ses étirements ou se faire les griffes, mais, sans endommager le canapé en cuir.

En bref

Ainsi, comme vous le voyez, cet accessoire, à l’allure de gadget est en faite un outil très utile pour le maitre et le chat, permettant de sauver bon nombre de meubles.
Mais, il évite surtout le dégriffage, qui est un acte cruel, pouvant torturer à vie un animal.
Il reste à savoir si les protégés-griffes pourraient devenir dans le futur un accessoire de mode.
Dans ce cas, évoluera-t-il pour devenir indispensable ?
Ou, ne sera-t-il qu’un vulgaire objet détourner de son utilité première pour devenir un objet de « mode » ?