Un film qui vient juste de sortir et qui mérite sa renommée.
Il présente la vie sauvage de grand félin dans des paysages magnifiques et sauvages, qui ravira les amoureux des animaux, je vous présente ainsi : Félins.

« Félins » ou encore « Félins d'Afrique » au Québec (African Cats) est un documentaire américain réalisé par Keith Scholey et Alastair Fothergill en 2011 et produit par Disneynature.
On retrouve à la narration du film Pascal Elbé, qui prête sa voix pour conter l’histoire de ces terres sauvages.
Sachez aussi que le producteur exécutif de Félins, Don Hahn, a auparavant produit le dessin animé « Le Roi Lion », montrant sa connaissance des grands fauves de la savane.
Il a aussi été producteur exécutif de deux autres productions Disneynature, « Un jour sur Terre » et « Océans ».
Ainsi, le film « Félins » a demandé près de deux ans et demi de tournage et de patience à l'équipe.
Les acteurs étant des animaux sauvages, ils ne se présentaient pas à une heure fixe devant les caméras, comme les humains.
Donc, sur deux ans, seule une vingtaine de jours a offert aux caméras des « événements extraordinaires », selon le réalisateur Keith Scholey.
Mais le plus dur pour la production de Félins a été le choix du casting, car il devait trouver une femelle guépard assez mature et assez vigoureuse pour avoir une chance de la voir élever ses petits jusqu’à l’âge adulte.
De même pour le groupe de lions ils recherchaient une troupe légèrement atypique qui pouvait faire naitre une aventure en son sein.
C’est dans la Réserve nationale du Masaï Mara au Kenya que le documentaire fut produit.
De plus, ce lieu tire son nom de la tribu qui vit sur ces terres, les Masaïs, et de la rivière qui les traverse, un cours d'eau appelé Mara, comme la fille de Layla.

Le film « Félins » a remporté un prix spécial du Jury lors de l'édition 2011 du Jackson Hole Wildlife Film Festival, une manifestation récompensant les meilleurs documentaires consacrés à l'environnement.
De plus, « Félins » est le dernier film en date portant le label Disneynature, ce documentaire a été annoncé en 2008, lors du lancement du label, avec plusieurs autres projets.
Une partie des recettes reçues lors des ventes de billet a été reversée à la fondation « African Wildlife Foundation » qui essaye de préserver la réserve du Kenya, un des rares lieux d’Afrique où des grands félins peuvent vivre en liberté.

Histoire

En Afrique, au Kenya, dans l’une des régions les plus sauvages du monde, les animaux vivent libres et loin des hommes.
Au sud du fleuve qui divise ces magnifiques terres, règne le clan des lions mené par Fang, un vieux fauve.
Dans ce groupe de félin, on rencontre une vieille lionne du nom de Layla qui élève sa jeune fille Mara.
Entre chasse et liens familiaux puissants, c’est la vie d’une famille qui s’écrit devant nous, mais derrière ces jours heureux, un danger guette.
Au nord du fleuve, le lion Kali et ses quatre fils rêvent d’étendre leur territoire vers le Sud, là où vit la famille de Fang.
Bientôt, les eaux seront assez basses pour que les maîtres du nord tentent leur chance au sud…
Mais dans cet environnement où chacun joue sa survie chaque jour, une autre vie se présente, celle de Sita, une splendide femelle guépard, tente d’élever seule ses petits.
Ces jeunes félins devront évoluer dans un milieu hostile, fait aussi de petite joie.
Au fil des saisons, tous ces destins vont se croiser à travers une histoire qui n’est ni inventée ni mise en scène par l’homme.
Seul un monde sauvage et pur a été capté comme jamais auparavant, de sa bouleversante intimité à sa spectaculaire beauté.

Personnage

Layla
Layla est une vieille lionne qui détient une grande expérience de la chasse, elle possède une jeune fille du nom de Mara, qu’elle adore.
Étant blessée par un zèbre lors d’une chasse, elle a de plus en plus de mal à suivre le groupe de lion, pourtant pour sa fille elle ira jusqu’à combattre Kali, pour éviter que celui-ci ne tue son enfant.
Elle est courageuse, téméraire, aimante, l’exemple parfait d’une mère.

Kali

Kali est un jeune roi téméraire, qui cherche à conquérir le sud de la rivière.
Il détient quatre fils et considère Fang comme son rival.
Il est un peu le méchant de l’histoire, car il dérange la famille de Layla pour pouvoir en être le chef.
Pourtant, même avec un de ces quatre fils, il se fera battre par les lionnes de Jang, mené par Layla.
Il rencontrera sur sa route Sita, et il essayera de la combattre, mais celle-ci est bien trop rapide pour lui.
Un roi têtu, audacieux, qui a peur de rien et bagarreur, pourtant il détient un lien fort avec ses fils.

Sita

Sita est une femelle guépard, elle ne vit dans aucun groupe et elle représente bien la mère célibataire.
Au début de l’histoire, elle détient cinq enfants, mais en perdra deux pendant la nuit.
Elle combattra à elle seule Kali et ses fils, d’autres guépards et des hyènes.
Elle est très courageuse, téméraire, têtue, vigoureuse et mature.
De plus, elle n’a pas froid aux yeux, et montre une intelligence extraordinaire, elle est aussi une mère aimante avec ses petits.

Bande-annonce

Anecdote

Le générique de fin de Félins crédite des animaux sauvages à des postes techniques, comme s'ils étaient des membres de la production, ainsi on retrouve par exemple une girafe comme opérateur de grue.
Afin de capter chaque mouvement lors de la course des guépards, comme la scène où Sita chasse, les réalisateurs de Félins ont utilisé une caméra à grande vitesse (Phantom), qui peut filmer jusqu'à 450 images par seconde !

Mon avis

En entendant parler de ce film, j’étais perspicace, pour moi, il avait l’air d’être un documentaire banal comme ceux qu’on voit sur National géographique.
Mais dans le doute, et vu que les photos de ces grands félins me narguaient sur internet, je me décidai à prendre une place de cinéma pour regarder ce film.
Première chose, les paysages, ils sont magnifiques, directement on vous plonge dans l’Afrique sauvage.
Le commentateur n’est heureusement pas toujours présent, évitant de l’entendre trop souvent, ceci permet d’apprécier les scènes avec la musique de fond qui se marie parfaitement avec ces images hors du commun.
Que dire des acteurs principaux, qui nous font vite tomber sous leur charme.
Comme Sita, la mère guépard qui m’a complètement hypnotisée avec sa course poursuite contre la gazelle et ses ruses pour éviter de perdre ces enfants.
Layla devient attachant au fur et à mesure du film, montrant son combat courageux pour faire survivre sa fille jusqu’au bout, on va jusqu’à pleurer pour ces efforts, si humains.
Dans ce film, on nous fait passer par différentes émotions, ainsi, devant les boules de poil de guépards et les lionceaux, on ne peut pas s’empêcher de les trouver trop mignons, souhaitant que rien ne leur arrive.
Puis, on passe à l’étonnement devant certains geste et mimique de ces grands félins, qui ont l’air si intelligents, nous faisant, alors dire, qu’ils sont peut être plus malin qu’on veut le croire
En voyant cette nature devant nous, on ne comprend pas comment des hommes et femmes tuent ces animaux, qui sont plus admirable vivant qu’en simple fourrure.
De plus, l’histoire nous conte aussi l’aventure de Kali, qui pendant le film se montre comme le grand méchant de l’histoire.
Mais un magnifique méchant, car sa crinière de poil noir et roux est si belle, que l’on comprend pourquoi il est un mâle alpha.
Bref, le film est beau, on en prend plein les yeux, et surtout devant ces scènes, ces animaux sauvages paraissent humains, derrière des grognements on croirait entendre une voix, comme s'ils allaient bientôt parler notre langue.
Certes, ce film est un documentaire, mais, si vous aimez les animaux, les grands félins, l’Afrique, ou que vous voulez découvrir avec votre famille un monde charmant, regardez « Félins », il est simple, beau et pur.
Il montre aussi que nous devrions protéger cette nature, car ce serait bête qu’elle s’éteigne simplement à cause de notre ignorance d’un tel monde.